Vision stratégique et potion....magique ?

Publié le par thinktank-frenchbasket

J'ai été alerté par http://nfbourreau.wordpress.com/ que le comité des sages de la LNB planchait ce jour sur les formules de compétitions du futur et notamment la validation de la ligue atlantique.

 

J'ai également relevé qu'un lobby se déclarait en faveur de cette ligue atlantique, avec notamment le soutien de Greg Beugnot http://basketactu.com/greg-beugnot-pourquoi-pas-creer-cette-ligue-atlantique/

 

La question est fondée. Pourquoi ne pas créer cette ligue atlaantique ? A mes yeux pour une raison essentielle : juste se souvenir des erreurs que nous avons commises dans le passé récent. Parce qu'en effet, voir Alain Beral partir avec son cartable à Barcelone auprès de Jordi Bertomeu pour lui présenter ce projet, non sans que nous comprenions qu'il était de nature à faire peser sur lui un espèce de menace en affichant une alternative au projet qui est le sien, me fait penser aux positions adoptées par le basket français depuis 2000.

 

En 1999, au moment de la constitution de l'Euroleague, alors sous le label de suproleague, nous avions déjà été le seul des gros marchés économiques européens à nous rallier à la FIBA. L'histoire nous aura enseigner que cela n'était pas le bon choix.

 

Au moment des discussions pour une refonte de l'Euroleague en 2008, après avoir pris des engagements de principe pour soutenir l'évolution pronée par Bertomeu, nous faisions volte face et lui adressions un splendide bras d'honneur en envoyant à Rome en AG un pale emissaire (l'un des DG de la LNB qui sera resté quelques mois en place) pour, au tout dernier moment, nous retirer de la liste des partisans des décideurs de l'Euroleague, contribuant à faire tituber le projet et à nous retrouver avec un seul club directement qualifié au lieu des deux qui nous étaient promis sans cette flibusterie. J'avais eu l'occasion de m'en émouvoir ici http://www.basketnews.net/asp.net/main.news/details.aspx?id=434

 

Je tairai que dans l'intervalle, un de nos clubs a trainé l'Euroleague en justice, sans qu'on n'ait jamais su finalement ce qu'avait donné en la matière l'arbitrage du T.A.S.

 

Et comme cela n'avait pas suffi à démontrer notre finesse stratégique, nous voilà à envisager lancer une compétition à laquelle l'Euroleague s'est déclarée opposée.

 

Quand s'arrêtera-t-on du haut de nos trois victoires en moyenne en tour principal de la compétition européenne reine, de jouer au gregario ? Quand comprendra-t-on que dans notre situation, il nous faut trouver des alliés plutôt de jouer aux solistes, et qu'il faut faire le choix des bons alliés ?

 

Je le dis tout de go : Compte tenu de l'échiquier actuel du basket européen, le seul allié stratégique possible pour le Basket français est l'Euroleague. Même si on devait ne pas être convaincu de leur orientation stratégique, ce qui n'est aps mon cas, nous sommes condamnés à nous aligner sur l'Euroleague. Juste pour défendre nos positions avantageuses au regard de nos performances sportives.

 

Je ne veux pas paraphraser Nicolas avec Angela, mais le bon exemple en la matière est l'Allemagne dont la Ligue s'est ralliée sans réserve aux avancées de l'Euroleague. Vous verrez à terme le bénéfice qu'en tireront nos voisins.

 

Nous devons être trop fiers pour ignorer tout cela. Et j'en finis pas me dire que finalement ce basket français, c'est le dernier village retranché qui résiste à l'envahisseur. Reste à trouver la recette de la potion pour assumer cette position. Et il s'agira qu'elle soit dotée de bien des pouvoirs magiques.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierro 11/03/2012 01:59

J'osais espérer, jusqu'à cet article, que le projet de ligue atlantique n'était qu'un coup de semonce désespéré des instances françaises envers l'Euroleague. Je constate avec dépit qu'il s'agit en
fait d'un nouveau projet farfelu, idéal pour décrédibiliser, appauvrir sportivement et railler un peu plus le basket français!
Cette espèce de sous-Eurochallenge (que j'avais déjà du mal à respecter) me fait penser, plus qu'à 1 village gaulois résistant à l'envahisseur, à une capitulation totale et sans condition, sans
même s'être réellement battu pour se sauver.

Je ne demande pas mieux qu'avoir tort sur mon jugement et espère malgré tout que quelque chose de positif se produira...