Quelle place pour les fans dans la gouvernance des clubs ?

Publié le par thinktank-frenchbasket

Il est un sujet qui m'interroge depuis des années et sur lequel je ne suis pas parvenu à une conclusion satisfaisante : celui de la place des fans dans la gouvernance des clubs.

 

Nul ne peut ignorer le problème qui se pose. Je lisais encore ce matin que les supporters du stade vélodrome prévoyaient une grêve des chants pour le match de ce week-end. Nous voici donc dans une situation où, alors que le club phocéen aurait besoin de fédérer toutes ses forces, les supporters, si important à Marseille, vont se désolidariser de leur équipe.

 

Ce concept de la gréve des encouragements s'est répandu un peu partout en France. Je me souviens d'épisodes similaires à Nice, Sochaux, Paris, Bordeaux, etc... il ne s'agit donc pas d'une énième spécificité culturelle marseillaise. Mais bien d'un mouvement de fond qui, pour s'être développé ainsi, doit bien trouver sa source quelque part.

 

Si j'évoque cela dans ce blog dédié au Basket, c'est que je crois justement que notre sport peut juguler un tel mouvement en s'inventant un modèle différent, avant que le problème survienne. Un modèle qui réunirait les conditions à ce que les fans se sentent plus solidaires de leur équipe, dans toutes les circonstances, favorables ou défavorables.

 

Cela passe de mon point de vue par deux approches :

 

1/ la reconnaissance des fans à titre individuel. on a dans le basket la possibilité de faire plus et mieux. J'ai toujours été frappé, assis dans l'astroballe, par le fait que je parvenais à distinguer individuellement un trés grand nombre de nos supporters, de nos clients : Jean-Pierre Vidal et son fils Christophe, Mr Bielokopitof, Fanfan et Gégé, Charles de la Villa dei Cesari, Mr Maserati, etc....J'ai longtemps cherché la meilleure des façons de pleinement les associer à la vie du club : réunions mensuelles d'information, briefing d'avant-match en compagnie d'Olivier Veyrat, boite à questions sur le net, organisation de la célébration de la victoire en championnat de france dans notre maison verte en compagnie de ses fans, journées vertes de lancement de la saison, etc... Autant d'initiatives qui n'ont pas été couronnées de tout le succès que j'espérais malgré les efforts formulés. Et pourtant je continue à penser que de belles choses sont à faire en la matière, pour peu qu'on soit disposé à la transparence, ouvert à la critique,....mais surtout qu'on réunisse les conditions à ce que nous associons autant que faire se peut les supporters aux décisions stratégiques du club (Sans pour autant évidemment aller jusqu'à un degré de participation démocratique telle que ce soit eux qui fasse le recrutement par la voie d'un quelconque sondage). 

 

2/ imaginer une structuration juridique qui ferait que le supporter se sentirait en position d'impulser des choix. En Espagne cela passe par la structuration en mode socios, puisque chacun sait que ce sont les abonnés des clubs qui élisent le président tous les quatre ans. Hélas, la reproduction d'un tel modèle est à mon sens inadapté au projet que j'imagine pour le basket puisque, comme je l'ai signifié par ailleurs (Vite, une Ligue fermée !!!! ), nous nécessitons l'engagement d'investisseurs que nous ferions fuir si nous ne leur présentions pas une structuration suffisamment sécurisée pour qu'ils travaillent dans la durée pour rembourser leur investissement initial sans risquer de passer un jour au diktat populaire.  En France, des clubs ont procédé à une structuration des capitaux ouverts sur la bourse. Mais il n'est aucun supporter pour s'imaginer que quand il achète des actions d'OL Groupe, il va influer sur la décision du prochain entraineur.

 

Mais alors quel modèle promouvoir ? Je n'ai ici pas de solutions. Juste une piste à explorer. Pourquoi ne pas mettre les franchises de la Superligue en situation de soumettre au vote  des supporters le choix de l'entraineur pour la saison à venir par la voie du vote ? Ainsi, ce sont eux qui procèderaient au choix sportif central. Et c'est à eux que reviendrait le choix de poursuivre avec un entraineur d'une saison sur l'autre, et donc de parier sur les vertus de la continuité, ou de changer au regard des résultats, pas seulement sportifs, obtenus par le dit entraineur.

 

Il me semble qu'en procédant ainsi, tout en s'interdisant le changement d'entraineur en cours de saison, on rendrait les supporters plus "responsables" des choix sportifs opérés, et dés lors plus solidaires en cas de difficulté, mais aussi plus fiers encore en cas de réussite. On s'imposerait aussi plus de transparence en leur direction dans le mode de gestion d'un groupe, puisqu'il s'agira de toujours leur donner les bonnes clés de compréhension pour procéder à leur choix.

 

Difficile de mon point de vue d'aller au-delà de cette déjà significative avancée. Mais peut-être aurez vous d'autres suggestions à faire ?

 

Commenter cet article

Nicolas 26/03/2012 21:57

Je suis aussi de ceux qui pensent que le fan n'est pas mis en valeur dans notre sport. Mais j'ai tendance à croire que les impliquer dans un choix sportif n'est pas une solution car ce n'est pas ce
qu'un supporter cherche au bout du compte. Ce que le fan veut, c'est avant tout soutenir son équipe, vivre et partager sa passion. Notre basket ne prend pas assez en compte ce rôle "social". A mon
sens, les opportunités d'impliquer les fans se situent là. Dans la prise en compte et la reconnaissance de leur passion. Dans la mise en valeur de celle-ci sur des sujets qui concernent directement
les fans. Un fan a besoin de se sentir écouté et entendu mais il accepte aussi que certaines décisions ne soient pas de son ressort.

Pierro 24/03/2012 19:05

Impliquer les supporters (les abonnés surtout) est primordial mais je ne pense pas que le recrutement ou le choix du coach doive se faire par ce biais. Laissons aux professionnels ces tâches,
suffisament complexes,sans y ajouter un petit côté démago...

Par contre, que les assosications de supporters soient impliqués dans e choix des animations, orientations sur le confort de la salle, etc., c'est essentiel.
Après, qu'ils puissent s'exprimer sur les choix sportifs, à titre purement consultatif, éviterait certainement ce que vous avez décrit sur le foot, et offrirait transparence et rapprochement avec
l'équipe pro.

NicoD. 24/03/2012 11:11

L'équipe de rugby du Stade Français possède un système de socios, légèrement différent du système espagnol traditionnel.

Les gens adhèrent à une association "Les Socios du Stade Français" et bénéficient d'avantages (dont certains les impliquent dans la vie du club). Une partie du droit d'entrée et de la cotisation
annuelle permettent à l'association d'acheter chaque année des parts du clubs.

Cela a été lancé la saison dernière et perdure malgré le changement d'équipe dirigeante.

Je serais curieux de voir ce que cela donne en pratique.

Christophe 23/03/2012 23:01

En Allemagne, le club du TBB Trier a une commission des fans qui existe a coté d'une commission sportive ou financière. Cette commission des fans n'a peut etre pas de pouvoir décisionnaire sur le
sportif mais elle peut avoir une certaine influence sur le management. De plus, elle organise des actions dans la salle pour récupérer de l'argent (faire le don de son gobelet pour récupérer le
vidange,...) ou pour organiser les déplacements de fans à l'extérieur en collaboration avec les fan-clubs.

Ce n'est rien d'exceptionnel mais cela valorise les fans et crée un lien plus étroit entre le management et les fans car les décisionnaires ont un point de contact officiel. Les fans-clubs veulent
souvent etre indépendant du club pour pouvoir rester neutre vis-a-vis du management