Le problème, c'est l'autre !!!

Publié le par thinktank-frenchbasket

Ne t'inquiète donc pas ami lecteur....je vais bientôt en venir à  l'exposé de mes propositions de solutions pour notre basket. Mais je ne peux m'empécher de revenir au préalable sur certaines de ses caractéristiques culturelles. Comme pour me convaincre que les solutions que j'envisagerais les prendont bien en compte.

 

shadok-probleme-solutionS'il m'est donné de m'interroger aujourd'hui sur ce que pourrait être les solutions, c'est bien qu'elles n'ont pas été traitées jusque-là. Me revient alors à l'esprit une de ces devises shadok que le petit écran m'enseigna. Je ne saurai toutefois me satisfaire de celle-là, étant déjà parvenu à la conclusion que des problèmes, il y avait, et même plus que cela

 

Remède de cheval éxigé

 

Néanmoins, cettedevise est à prendre en considération dans la réflexion qui nous anime. Parce que s'il est une constante de notre petit univers du basket français, ça aura bien été de se persuader qu'il n'y avait pas de problème, ou alors que le problème, c'était l'autre.

 

Et ce mal touche toute les catégories, à commencer par les coaches.

 

Mon préféré d'entre eux, JLM, le roi du pick and roll vertical (et ça marche) y est allé de son nouveau couplet ce week end après l'épisode du recrutement manqué d'Ajinca qui ne pouvait évidemment tenir qu'à la fourberie du sélectionneur national (nous avait pas déjà servi ce plat-là le JLM ?). La défaite à Paris n'avait évidemment rien à voir avec sa gestion mais tenait juste à l'incurie des arbitres.

 

Soyons juste : à ce petit jeu de "le problème, c'est l'autre", JLM n'aura pas été le premier et ne sera sans doute pas le dernier. Citons pêle-mêle :

 

- "si la LNB ne parvient pas à se développer, c'est à cause de la FFBB". Une constante de notre sport. Sans que personne n'ait jamais su m'expliquer en quoi l'action dela FFBB pouvait à ce point contraindre celle de la LNB.

 

- "si on en est là, c'est parce qu'antenne 2 ne diffuse plus nos matches". où est la poule, où est l'oeuf ? et si c'etait parce qu'on en est là que la TV ne nous suit plus. Et si la TV ne nous suit plus, pourquoi continuer à fonder TOUTE notre stratégie sur elle ? Pourquoi ne pas ouvrir les yeux sur la réalité des générations futures, soit une consommation individualisée de toutes les images. Ils regardent encore la TV vous vos enfants ? ils sont pas plutot collé à internet à surfer d'un contenu à un autre ? et nos dirigeants en sont restés à "il nous faut plus de TV, plus de droits, plus de...."

 

- "tout ça c'est à cause de l'Equipe qui fait exprès de s'intéresser aux autres sports et pas au basket". M'enfin. Qui doute un instant que les décisions rédactionnelles de l'Equipe sont portés par des baromètres précis de l'intérêt des français et que s'ils ne consacrent qu'un infame bout de page à la couverture de nos matches, c'est juste parce que leurs consommateurs n'en veulent pas plus.

 

COUR-C-1.JPGHervé Bedelleem que j'adore m'écrivait encore ce week-end que "le basket français mériterait une meilleure couverture de l'Equipe". "Ben non" lui repondis-je "il mérite sans doute pas plus notre basket". Ben non Hervé, le problème c'est pas l'Equipe, mais bien le basket français.

 

Tous ces comportements et bien d'autres encore me font penser à une cour d'école. "Madame, Madame, il fait rien qu'à m'embéter!".

 

Allez, prenons de la hauteur et traitons enfin des causes de nos maux. Acceptons ce supplice, juste pour trouver un souffle qui nous porte vers l'avenir !!!

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article